Ses origines...
C'est dans les années vingt que son grand-père, Prospero Cabrel, part de Frioul en Italie pour immigrer en Gascogne lors d'une période de misère et de quasi-famine. Il s'établit alors comme métayer et travaille d'arrache-pied ayant 6 enfants à nourrir.

Leur intégration est facile car le nom de Cabrel ne sonne pas Italien, le nom de Cabrelli ayant déjà été delaissé depuis plus de 200 ans.

Remiso Cabrel, le père de Francis, naît en France très peu de temps après l'arrivée de ses parents.Lorsque Propero décède d'une broncho-pneumonie, Remiso n'a que neuf ans...Il doit maintenant prendre la relève sur la terre pour aider la famille à survivre. La tâche est très difficile pour lui et les profits minimes. C'est alors qu'il se fait engager à la biscuiterie d'Astaffort.

Remiso Cabrel s'adapte à la française et change son prénom pour Rémi. Il épouse ensuite Denise Nin qui tout comme lui est née en Gascogne mais descendantes d'immigrés Friouliens.

Ils s'installent à Astaffort une petite ville de presque deux milles habitants.C'est à Agen, à une vingtaine de kilomètres, que Francis voit le jour le 23 novembre 1953. Par la suite la famille s'agrandit avec Martine et Philippe. Rémi travaille très fort pour faire vivre la petite famille, ce n'est pas la misère mais certainement pas l'opulence. Après l'usine, il s'occupe de son jardin familial, d'où viennent tous leurs légumes.

Son enfance...
Francis dit avoit eu une enfance heureuse et un peu secrète. N'ayant pas de véritables amis intimes mais quand même des copains. Ensemble ils vont à la pêche, font des tours de barque sur le Gers et construisent des cabanes sur les maisons et les granges en ruine. Pendant environ cinq ans, Francis et ses copains s'adonnent au basket sur la place centrale du village. Comme il n'est pas meneur de jeu et qu'il manque d'agressivité il renonce à ce sport qu'il affectionnait tant.

Le plus gros de sa jeunesse s'est passée dans la nature, vêtu n'importe comment et souvent sale de la tête aux pieds. Mais le dimanche, il se retrouvait paralysé dans des habits très empesés et très rigides pour aller à la messe et bien paraître au yeux du reste du village.

Pendant une vingtaine de mois vers les dix ans de Francis, la famille démenage à Marmande pour le nouveau travail de Rémi en tant que camionneur. Comme il n'aime pas tellement ce travail, la famille retournera à Astaffort.

Malgré ce court laps de temps à Marmande, Francis n'est pas prêt de l'oublier. C'est à cet endroit même que son oncle lui offre sa première guitare. De forme espagnole et dotée de cordes en acier, cette pauvre guitare est vite abandonnée par Francis qui ne sait comment s'en servir.
Conception Marielle Lanthier alias fleur 96/09/28

Retour page principale