Un envoi de Philippe Calvet, Merci;)
Tout énervés, dans la fumée, dans la chaleur
C'est quand même grand, c'est quand même vaste une ville
Elle marchait tout près des automobiles
On s'est croisé, elle juste à côté
Mais à l'extérieur.

Je m'y habituais mais, elle disparait, elle accélère
Toute envolée, ma petite fée, mon chat de gouttière
Qu'est c'qu'il me reste à part ce vide immense ?
Les yeux voilés dans les vapeurs d'essence
Petite fée, je t'aurais gardé mais ...
J'ai rien pu faire

Enfant sauvage !
C'est sûr tu n'existes pas
C'est des enfantillages
Des trucages et du cinéma
A peine lancé son message
Oh ! Le sort nous partage déjà

Et l'instant d'après, la rue était comme orpheline
Rien n'est resté, pas de reflet dans les vitrines
Je me suis retrouvé comme seul par terre
Comme débranché de mon paratonnerre
Petite fée, je t'aurais gardé mais ...
J'ai rien pu faire, j'ai rien pu faire

Qu'est c'qu'il me reste a part ce vide immense ?
Les yeux voilés dans les vapeurs d'essence
Petit fée, vite croisée
Ma citadine

Rien n'est resté, pas de reflet
Dans les vitrines...


Paroles et musique : Francis Cabrel 1994 - Chandelle production
Conception Marielle Lanthier alias fleur 96/09/28

Retour page principale